Allergies aux Pollens : Un coût abyssal insoupçonné !

Détect- Anticipate - Predict - Pollens Allergies

Allergies aux Pollens : Un coût abyssal insoupçonné !

16 novembre 2019 Allergies Prévention 0

Le coût des allergies aux pollens est exponentiel depuis les années 70. Les allergies aux pollens touchent près de 25% de la population en France, et environ 130 millions de personnes en Europe. En France, la population sensible aux pollens est proche des 18 millions dont environs 10 millions diagnostiqués. Et cela a un coût ! Pour l’Etat, pour les entreprises, comme pour vous ! A combien s’élèvent les dépenses ? Décryptage.

Le pollen et ses conséquences sur le système de santé

Allergies aux pollens les coûts !

Il existe deux types de dépenses : les dépenses de santé directes, tels que les traitements : antihistaminiques , désensibilisation ou les consultations à l’hôpital ou chez un médecin; mais aussi les dépenses de santé indirectes comme les 7 millions de jours d’arrêts de travail engendrés annuellement par les allergies aux pollens. Le coût des dépenses de santé directes se situe aux alentours de 3,5 milliards à 4 millions d’euros par an. Mais le coût global si l’on considère l’absentéisme et le présentéisme, s’envole à plus de 16 milliards € en France, avoisinant les 130 milliards en Europe d’après l’étude de « Cardel & Al. en 2016 », qui estime le coût par patient à près de 1000 €

Les coûts des allergies aux pollens peut varier en fonction du degré de la maladie . Plus la maladie est sévère, plus les coûts de traitement augmentent. Concernant la rhinite allergique, les coûts peuvent augmenter de 60% entre une rhinite allergique légère et une sévère. L’étude Eucoast (European Cost of Asthma Treatment) révèle également qu’un patient avec un asthme mal pris en charge pourrait coûter jusqu’à 6 fois plus cher qu’un autre avec un asthme bien contrôlé.

Dépenses de santé directes ou indirectes, les allergies respiratoires ont un coût ! - lify air
Dépenses de santé directes ou indirectes, les allergies respiratoires ont un coût !

Le Pollen de l’ambroisie : un fardeau économique et médical

Mal connue, par le grand public, cette plante invasive et probablement la plus allergène de toute ! Son pouvoir allergisant est très fort. En région Auvergne-Rhône-Alpes c’est plus de 600 000 personnes allergiques qui en souffrent. Ses chiffres réellement préoccupants, imposent q’une réelle politique nationale soit mise en oeuvre afin de lutter contre la propagation de cette plante. N’hésitez pas à vous rendre sur le site dédié à cette plante envahissante !

Ambroisie plus connue sous le nom d"herbe à poux" outre Atlantique - lify air
Ambroisie plus connue sous le nom d »herbe à poux » outre Atlantique

L’ambroisie est également abondante de l’autre côté de l’Atlantique, et particulièrement au Québec. D’après une étude réalisée en 2008 par l’INSPQ (Institut National de Santé Publique Québec), les coûts des allergies aux pollens d’ambroisie ou herbe à poux de l’autre côté de l’Atlantique, s’élèverait à plus de 156 millions d’euros pour la société québécoise. L’ambroisie, plus que sous-estimée, représente un réel fardeau économique pour la collectivité.

Un exemple de maladie allergique coûteuse : l’asthme

Aujourd’hui en France, on estime à 3 millions le nombre de personnes touchées par l’asthme à cause des allergies aux pollens ou aux spores. Cette maladie gravissime est également responsable de plusieurs dizaines de milliers d’hospitalisations et d’environ 1000 décès par an. On évalue son impact financier à un chiffre compris entre 1,2 et 1,5 milliard d’euros. Sur ces frais de santé , près de 40% concernent les frais d’hospitalisation, les 60% qui restent se subdivisent en consultations médicales, médicaments ou arrêts de travail. Pour l’Europe, cela représenterait près de 20 milliards d’euros.

Plus tôt sont prises en charge les allergies respiratoires, plus les coûts sont maîtrisés. - lify air
Plus tôt sont prises en charge les allergies respiratoires, plus les coûts sont maîtrisés.

Une mauvaise information lourde de conséquences

Le fort décalage des informations polliniques et le fait qu’elles ne soient pas en temps réel, induisent un délais de diffusion d’environs 10 jours, entre le début de événement pollinique et sa diffusion. Il en résulte que les patients n’on pas conscience qu’ils sont allergiques aux pollens et dans le meilleur des cas se soignent seuls pour un simple Rhume !

7 ans : c’est la durée moyenne qui s’écoule entre l’apparition des premiers symptômes allergiques et une première visite chez un allergologue. Avec un délai tel, la maladie a largement le temps d’empirer par manque de prise en charge adaptée. Plus un patient attend pour se soigner, plus les répercussions sur son organisme seront importantes. Ne pas prendre en charge sa maladie débouche dans près de 100% des cas sur une aggravation de la maladie. C’est la raison pour laquelle il faut prendre en charge la maladie le plus tôt possible.

Que faire en cas de soupçon d’allergies !

Si vous êtes sujet à une rhinite allergique, conjonctivite ou autre symptôme allergique, prenez rendez vous pour :

  • Une consultation chez votre médecin généraliste
  • Une consultation chez un allergologue avec une ordonnance de votre médecin traitant pour être remboursé par la Sécurité Sociale.
  • Un test d’allergie déterminant votre traitement, si l’allergologue l’estime nécessaire.

Ne laissez pas l’allergie prendre le dessus et rencontrez rapidement un professionnel avant qu’elle ne progresse ! Renseignez-vous auprès de votre caisse d’assurance maladie et/ou de votre mutuelle !

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *