Les allergies aux pollens et la santé publique

Détect- Anticipate - Predict - Pollens Allergies

Les allergies aux pollens et la santé publique

19 juin 2019 Allergies Prévention 2

L’allergie aux pollens en France

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : aujourd’hui, près de 30% de la population souffre d’allergies respiratoires, et parmi elles, entre 10 et 15 millions souffrent d’une allergie aux pollens. Et cette proportion n’a fait que croître depuis quelques décennies : en seulement 20 ans, on constate qu’il y a 3 fois plus d’allergies aux pollens, ce qui est une hausse considérable.  Les allergies aux pollens peuvent avoir de lourdes conséquences : une personne sur trois qui souffre de ces symptômes est asthmatique, maladie banalisée puisque devenue courante mais qui n’en reste pas moins extrêmement dangereuse. Faisons le point ensemble sur ce problème de santé publique.

L’allergie aux pollens : c’est quoi ?

L’allergie pollinique se définit comme un dérèglement de notre système immunitaire qui déclare la guerre aux protéines normalement inoffensives des pollens. Le pollen peut être responsable des réactions allergiques appelées pollinoses et qui se localisent sur les muqueuses oculaires et respiratoires. Le contact avec le pollen provoque chez la personne allergique une production d’histamine qui entraîne une inflammation au niveau de ces muqueuses. Plusieurs manifestations en découlent : la rhinite allergique (aussi appelée « rhume des foins »), des démangeaisons, des toux, des conjonctivites… Chacun de nous peut être touché, aussi bien les enfants que les adultes. Il n’y pas d’âge pour souffrir d’allergies aux pollens qui peuvent se déclarer à différentes périodes de la vie.

Pourquoi les chiffres des allergies aux pollens augmentent ?

Plusieurs raisons existent concernant cette augmentation du nombre de personnes allergiques aux pollens. Le réchauffement climatique en est la cause principale. En effet, le réchauffement de l’air facilite la production de pollen en prolongeant la durée de la saison pollinique : les températures de plus en plus élevées favorisent la croissance des plantes et donc la diffusion de leur pollen. De plus, les activités humaines sont également tenues pour responsables : celles-ci rejettent de plus en plus de CO2, nécessaire au développement des plantes. La pollution atmosphérique, elle, exacerbe les pathologies liées aux pollens, car doublement exposé à la pollution et aux allergènes, le système immunitaire des populations allergiques se retrouvent affaibli et de ce fait, plus exposé aux crises.

Allergies aux pollens : où et quand ?

Le bouleau libère un pollen agressif au printemps. Lify Air
Le bouleau libère un pollen agressif au printemps.

Nous vous parlons depuis le début d’allergies liées au pollen, mais nous devrions parler d’allergies aux pollens ! Il n’existe pas qu’un seul pollen dans l’air. Une multitude de plantes et d’arbres libèrent chacun leur pollen : le bouleau, le cyprès, les graminées, l’olivier et bien plus encore ! Il existe aussi des allergies croisées . Par exemple, si vous êtes allergique à l’olivier, il est probable que vous soyez également allergique au frêne. En effet, certaines espèces qui d’apparence très différentes sont en réalité chimiquement semblables. Ce qui signifie que le système immunitaire se défendra de la même manière face à cette agression.

Quant au calendrier pollinique, quelque peu chamboulé par les dérèglements climatiques, il s’étend de janvier à octobre, en fonction des espèces. Eh non, pas de répit pour la nature, le pollen commence son travail même en hiver ! Toutefois, les personnes souffrent moins les jours de pluie puisque l’humidité fait tomber les grains de pollens au sol limitant ainsi l’expositions.

Et l’avenir ?

L’avenir s’annonce complexe avec les dérèglements climatiques. Prenons l’exemple de l’ambroisie : la concentration de son pollen dans l’air, considéré comme très allergisant, pourrait quadrupler d’ici 2050. Selon l’OMS, une personne sur deux sera affectée en 2050 par au moins une maladie allergique ! Les conséquences du réchauffement climatique verront le jour : les pollens vont migrer du Sud vers le Nord. Par ailleurs, une augmentation de 1°C de la température extérieure favorise le transport de pollens sur plusieurs dizaines de kilomètres. Cela explique que certaines essences d’arbres se localisent à présent dans de nouvelles régions.  Il ne sera pas impossible de trouver des oliviers en Belgique dans 100 ans ! Bien sûr, ce ne sont que des suppositions, mais il ne faut pas les prendre à la légère ! Ce réchauffement climatique a de nombreuses conséquences.

les allergies aux pollens se manifeste de nombreuses manières ! Lify Air
Rhinite, asthme… l’allergie aux pollens se manifeste de nombreuses manières !

Quelques conseils de bon sens pour limiter les risques d’allergies aux pollens

Lors d’épisodes polliniques, plusieurs solutions s’offrent à vous. Voici donc quelques conseils pour en limiter les effets.

Il est recommandé :

  • D’éviter de faire sécher votre linge à l’extérieur,
  • D’aérer votre domicile avant le lever du soleil et/ou après son coucher. La diffusion du pollen se transmet par des courants de vent chauds principalement en journée,
  • Rouler en voiture avec les fenêtres fermées,
  • De se rincer les cheveux le soir pour enlever le pollen qui s’y est déposé pendant la journée,
  • De bannir les activités extérieures ou de les exercer le soir.
  • N’oubliez pas de consulter un allergologue dès que vous ressentez les premiers symptômes tels que le nez qui coule, les yeux qui piquent, voire même des rougeurs sur le visage. Un traitement vous est peut-être nécessaire.
  • Vérifiez les plantes de votre jardin avec l’application Plantnet.
Partager cet article :

2 réponses

  1. […] périodes de Canicules… sont toujours une mauvaise nouvelle pour les personnes allergiques aux pollens. En effet, elles souffrent de la chaleur comme l’ensemble des populations, mais vont aussi […]

  2. […] Le filtre à pollen fait partie des éléments qui améliorent le confort des occupants d’un véhicule. Cependant, il serait plus judicieux de parler de « filtre d’habitacle » car il ne filtre pas seulement les pollens : les particules fines ou les poussières également. Il protège donc les occupants des pollens, des gaz d’échappement mais aussi des odeurs désagréables. Ainsi, il purifie l’air qui entre dans le véhicule, pour le plus grand bonheur des populations souffrant d’allergies respiratoires. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *